La chirurgie parodontale régénératrice

Comme pour les chirurgies parodontales régénératrices, la chirurgie parodontale résectrice peut être indiquée après la phase de traitement non-chirurgical d'une parodontite. C'est lors de la séance de réévaluation que l'on décide de réaliser ou non ce type d'intervention.


Quand peut-on régénérer le parodonte ?

Face à une destruction « horizontale » de l'ancrage des dents, on ne peut pas reconstituer l'os qui a été perdu.
En revanche, lorsque la destruction du parodonte forme un cratère autour de la dent (on parle de «défaut intra-osseux»), on peut envisager de régénérer le parodonte jusqu'aux limites supérieures du défaut grâce à la chirurgie parodontale régénératrice.


Les techniques chirurgicales

Substitut osseux et gel de régénération parodontale

Selon certains facteurs de risque et l'anatomie du défaut intra-osseux, une des techniques suivantes peut-être envisagée :

  1. Le défaut peut être comblé à l'aide d'un matériau de substitution osseuse (os prélevé dans la bouche du patient, os d'origine animale ou os synthétique).
  2. On peut également utiliser une « membrane » résorbable ou non résorbable (synthétique ou d'origine animale). Placée entre le défaut intra-osseux et la gencive qui le recouvre, elle permet d'obtenir une régénération complète du support de la dent en empêchant la gencive de rentrer dans le défaut.
  3. Une autre technique consiste à reproduire les événements qui surviennent lors de la formation de la dent pour recréer le support osseux perdu. Pour cela, on applique un gel particulier sur la surface de la racine dentaire pendant l'intervention de chirurgie régénératrice.

Quels sont les facteurs qui conditionnent la réussite de la chirurgie ?

L'efficacité du brossage, le tabagisme, la présence d'un diabète non équilibré, des facteurs héréditaires, le protocole chirurgical choisi, l'anatomie du défaut, la dextérité du chirurgien-dentiste (ou du parodontiste) et d'autres facteurs encore peuvent influer sur le résultat de la chirurgie parodontale régénératrice.


A lire également


Références bibliographiques

  • Sanz M, Tonetti MS, Zabalegui I, Sicilia A, Blanco J, Rebelo H, Rasperini G, Merli M, Cortellini P, Suvan JE. Treatment of intrabony defects with enamel matrix proteins or barrier membranes: results from a multicenter practice-based clinical trial. J Periodontol. 2004;75(5):726-33.
  • Richardson CR, Mellonig JT, Brunsvold MA, McDonnell HT, Cochran DL. Clinical evaluation of bio-oss: a bovine-derived xenograft for the treatment of periodontal osseous defects in humans. J Clin Periodontol. 1999;26(7):421-8.
  • Nevins ML, Camelo M, Lynch SE, Schenk RK, Nevins M. Evaluation of periodontal regeneration following grafting intrabony defects with bio-oss collagen: a human histologic report. Int J Periodontics Restorative Dent. 2003;23(1):9-17.

Dernière mise à jour de cette page : le 26 décembre 2013