Diabète et parodontite

Le diabète est caractérisé par un taux anormalement élevé de glucose dans le sang. Cette hyperglycémie est due à une déficience de la sécrétion d'une hormone, l'insuline. Cette hormone stimule le stockage de glucose dans des cellules du foie, ce qui permet de diminuer la concentration de glucose dans le sang. Pour les patients diabétiques, soit les cellules pancréatiques responsables de la sécrétion d'insuline sont dysfonctionnelles (diabète de type I), soit il existe une résistance des cellules sensibles à l'insuline dans le foie, le muscle ou une combinaison des deux (diabète de type II).

Une hyperglycémie chronique va induire des dommages sur les différents organes, dont le cœur, les yeux, les reins, les systèmes nerveux et vasculaire. Elle va également entraîner une moins bonne cicatrisation des tissus et une plus grande susceptibilité aux infections, comme les maladies parodontales.

ParoSphère | Diabète et parodontite. Crédit photo: © Dmitry Lobanov.

Le diabète, facteur de risque des parodontites

Le diabète va limiter le fonctionnement des cellules de défense, ce qui facilite la persistance bactérienne dans la poche parodontale et augmente la destruction parodontale.
Il est maintenant établi que le diabète constitue un facteur de risque pour l'apparition de gingivites et de parodontites.
Dans une étude épidémiologique menée aux États-Unis, les adultes avec des diabètes faiblement contrôlés ont 2,9 fois plus de risque d'avoir une parodontite par rapport aux non diabétiques. A contrario, les sujets avec un diabète bien contrôlé présentent un risque de parodontite semblable aux patients non-diabétiques.


Les parodontites, probable impact sur le diabète

Plusieurs mécanismes peuvent expliquer l'influence des parodontites sur le contrôle de la glycémie. Il apparaît notamment que l'infection parodontale peut élever la quantité de molécules marqueuses de l'inflammation sur l'ensemble de l'organisme et exacerber ainsi la résistance à l'insuline.
Il a été mis en évidence que les patients diabétiques avec une parodontite ont un risque plus élevé d'un mauvais contrôle de leur glycémie par rapport aux sujets sans parodontite.
Certaines études sur les sujets diabétiques atteints de parodontite ont montré une amélioration du contrôle de la glycémie après le traitement non chirurgical de la parodontite. Cependant, d'autres études, similaires, ne parviennent pas à montrer cette amélioration, si bien que la question de l'impact des parodontites sur le diabète reste en suspens.


Chez le dentiste, le parodontiste, le médecin ou le diabétologue

Les relations étroites entre parodontites et diabètes conduisent souvent le parodontiste à s'intéresser aux derniers résultats d'analyses sanguines de leurs patients ou aux antécédents de diabètes dans leur famille, voire à adresser le patient vers leur médecin pour qu'il prescrive des analyses. Médecin et diabétologue, de leur côté, peuvent réorienter les patients diabétiques chez leurs dentiste ou parodontiste pour prévenir ou traiter les parodontites.


Références bibliographiques

  • Aldridge JP, Lester V, Watts TL, Collins A, Viberti G, Wilson RF. Single-blind studies of the effects of improved periodontal health on metabolic control in type 1 diabetes mellitus. J Clin Periodontol. 1995;22(4):271-5.
  • Christgau M, Palitzsch KD, Schmalz G, Kreiner U, Frenzel S. Healing response to non-surgical periodontal therapy in patients with diabetes mellitus: clinical, microbiological, and immunologic results.  J Clin Periodontol. 1998;25(2):112-24.
  • Taylor GW, Burt BA, Becker MP, Genco RJ, Shlossman M, Knowler WC, Pettitt DJ. Severe periodontitis and risk for poor glycemic control in patients with non-insulin-dependent diabetes mellitus. J Periodontol. 1996;67(10 Suppl):1085-93.

Dernière mise à jour de cette page : le 26 décembre 2013