[Pro] Position de la SFPIO sur les parasites et maladies parodontales

SFPIO | Recommandations

Extraits des recommandations

 

Il s’agit de faire le point sur ces deux protozoaires, Trichomonas tenax et Entamoeba gingivalisrelativement méconnus, tant au niveau de leur possible implication dans la pathogénie des maladies parodontales, que dans les conséquences thérapeutiques éventuelles.

[...]

 

Les parasites sont retrouvés dans le milieu buccal, aussi bien chez les patients atteints ou non de maladie parodontale. Toutefois, leur taux semblerait supérieur dans les poches parodontales profondes, du fait de leur comportement anaérobique.

Des preuves scientifiques sont encore nécessaires pour valider la pathogénicité des parasites buccaux, dont l’observation chez les individus atteints de parodontite ne peut être rapportée à un lien de causalité.

De plus, l’absence d’études cliniques récentes, ne permet pas de corréler les données aux acquis récents de la microbiologie parodontale.

Enfin, la diversité des échantillons, des méthodes d’analyses, le manque de standardisation des études existantes, interdit toute comparaison entre elles.

De nouvelles investigations, via des études multicentriques utilisant des moyens de détection récents et précis, doivent être mise en place pour clarifier les relations entre parasites et maladies parodontales.


Lien

Lien vers le site de la SFPIO : Parasites



SFPIO


Cette page vous plaît ?

Partagez-là !