Tabac et déchaussement des dents

Tabac et déchaussement des dents - © Copyright ParoSphère

Les parodontites résultent d'un déséquilibre entre la charge bactérienne orale et notre système de défense immunitaire. L'efficacité de ce dernier est influencée par de nombreux facteurs, tels que l'hérédité, le stress, le diabète, la consommation de cannabis ou d'alcool... Parmi ces facteurs, le tabagisme occupe une place remarquable. On le considère comme le principal facteur de risque en mesure d'être modifié.



Devenez Fan sur Facebook

Publication simultanée sur la page Facebook de Parosphère.

Rejoignez-nous sur Facebook pour suivre toute l'actualité de ParoSphère et tout savoir sur les maladies parodontales.



Le risque 

 

Selon de nombreuses études, il apparaît que le tabagisme augmente d'un facteur 2 à 8 le risque de développer une parodontite. La variabilité des résultats est expliquée par les différentes définitions de la parodontite d’un point de vue épidémiologique et des seuils choisis pour définir le tabagisme (par ex. : à partir de combien de dents atteintes considère-t-on que l’individu présente une parodontite ou à partir de combien de cigarettes par jour, ou paquets/année, est-il fumeur).

 

Il semblerait que le seuil critique, au-delà duquel le tabac devient délètère pour l'ancrage des dents, est de 10 cigarettes par jour. Par ailleurs, l'effet du tabac sur le parodonte est dose-dépendant. Plus on fume, plus le risque de développer une parodontite augmente. Et plus on fume, plus la parodontite progresse.

 

Les explications

 

Les effets pathogènes du tabac sur le fonctionnement du parodonte ont été étudiés. Il en ressort que le tabac entraîne les dérèglements suivants:

  • diminution de la production des immunoglobulines G2 (participant au système de défense contre les bactéries),
  • réduction chronique du flux sanguin et vasoconstriction augmentée (limitant ainsi l'arrivée de nouvelles cellules de défense),
  • augmentation de la prévalence des bactéries potentiellement pathogènes pour le parodonte au niveau des sites les moins malades, augmentant ainsi l'évolution de ces sites vers la pathologie,
  • effet délétère sur les cytokines (molécules signal de l’inflammation) et sur la production de facteurs de croissance (impliqués dans la régénération des tissus),
  • inhibition de la croissance des fibroblastes et de la production de collagène.

Ainsi, le tabagisme favorise l’apparition et le développement des parodontites et, de surcroît, limite le potentiel de réparation ou de régénération du parodonte durant le traitement.

 

Référence bibliographique

 

  • Ryder MI. The influence of smoking on host responses in periodontal infections. Periodontol 2000. 2007;43:267-77.