[Pro] Conditions de réalisation des actes d’implantologie orale : environnement technique

HAS | Évaluation des technologies de santé

Extraits du rapport

 

Cette évaluation a été réalisée suite à la demande de la Fédération de Stomatologie et Chirurgie Maxillo-Faciale qui souhaitait que soit précisé l’environnement technique requis pour poser des d’implants intrabuccaux dans des conditions de sécurité adaptées pour le patient.

Elle a pour objectif d’aider les professionnels de santé concernés : chirurgiens dentistes, stomatologues, chirurgiens maxillo-faciaux dans leur pratique de la chirurgie implantaire et plus spécifiquement sur les conditions techniques à réunir pour poser des implants intrabuccaux selon les données scientifiques actuelles.

 

[...]

 

La pratique de l’implantologie requiert un environnement technique adapté à ce type de chirurgie. Il est nécessaire de réaliser les actes de chirurgie implantaire dans une salle d’intervention spécifique ou adaptée. Un strict respect des protocoles est indispensable afin de ne pas compromettre l’asepsie de l’intervention ; il concerne le traitement du matériel biomédical et chirurgical, la préparation de la salle d’intervention, la préparation du patient, du praticien et des assistants et les procédures post opératoires. De plus, dans ce même but, l’ergonomie et la gestuelle au cours de l’intervention doivent être rigoureuses. Si des techniques chirurgicales spécifiques sont nécessaires, l’environnement technique sera modifié en fonction du type de chirurgie. Le praticien adaptera également son environnement technique en fonction du type d’anesthésie, de la durée d’intervention et du site de prélèvement. Ces techniques requièrent une compétence particulière.

 


Téléchargement

Télécharger
Synthèse
2008_implantologie_orale_synth.pdf
Document Adobe Acrobat 183.3 KB
Télécharger
Rapport
2008_implantologie_orale_rap.pdf
Document Adobe Acrobat 484.2 KB


Lien

Lien vers le site de la HAS : Implantologie



La Haute Autorité de Santé (HAS) a été créée en 2004. Elle regroupe alors l'Agence Nationale d'Accréditation et Evaluation en Santé (ANAES), la Commission de la Transparence, 

le Fond pour la promotion de l'information médico-économique (FOPIM) et la Commission d'évaluation économique et de santé publique (CEESP). Son objectif principal consiste en l'évaluation des actes professionnels et des pratiques médicales. Il regroupe ainsi les sous-objectifs suivants :

  • Statuer sur l'usage des médicaments anciens et nouveaux
  • Décrire l'impact de ces médicaments sur la morbidité et la mortalité
  • Définir les actes remboursables
  • Valider les bonnes pratiques de l'exercice médical
  • Valider le bon usage des médicaments et des soins
  • En déduire des recommandations de bonne pratique

Cette page vous plaît ?

Partagez-là !