Ils ont avalé leur brosse à dents ! | Celles qui montrèrent la voie (1/2)

Le premier article détaillé d’un homme ayant avalé sa brosse à dents date de 1927. Son, puis ses médecins ne parvenant pas à repérer la brosse par des examens cliniques et radiographiques, le patient dû insister pour qu’on l’opère !

Ils ont avalé leur brosse à dents ! | Celles qui montrèrent la voie (1/2) © ParoSphère
Dessin : Shin McWulf

Le premier récit complet

Consacrée par une publication officialisant l’événement, c’est en 1927, en raison d’une maladresse de son malheureux utilisateur désireux de se débarrasser des bactéries festoyant sur ses amygdales, qu’une brosse à dents entre dans la mythologie scientifique.

 

Happée par une déglutition a posteriori regrettable, et à la suite d’une course relativement réduite, ladite brosse finit par ce bloquer dans cette embouchure qui sépare la partie terminale de l’estomac du duodénum.

 

Quatre heures après cet acte manqué, si l’on peut dire, et après plusieurs tentatives infructueuses de récupération de l’objet soudainement tant désiré, l’infortuné qui ressentait encore une heure auparavant des douleurs considérables dans la gorge et le sternum consultait le rapporteur de ces événements à qui il était adressé par l’équipe initiale de médecins lassée de ses propres échecs.

 

La détresse de l’avaleur crût sans doute dans les heures qui suivirent lorsque, face à l’indiscutabilité froide des examens radiographiques réalisés, aucun corps étranger ne put être mis en évidence dans son système digestif. Malgré des médecins qui de plus en plus le prenaient pour un mythomane, et sans doute encouragé par sa certitude autant que mû par l’angoisse provoqué par cet objet qui ne réapparaissait pas par un cheminement que l’on pourrait qualifier de naturel, il insista, insista encore et dû se réjouir lorsqu’il se retrouva, enfin, une semaine après l’événement qui ne fera pas sa gloire, allongé sur la table d’opération. Après avoir été incisé proprement, que le péritoine eut été ouvert non sans délicatesse, les intestins mis proprement sur le côté, l’estomac fût pris en main et sa palpation permit de bien sentir la brosse à dents à laquelle personne hormis l’intéressé ne croyait plus. La brosse ainsi que l’éventré furent ramenés l’une à l’air libre par une nouvelle incision et l’autre, par des points de suture appliqués, à une vie qui ne dût jamais être aussi trépidante que durant cet épisode épique. 

 


Sur le même thème


Référence bibliographique

Johnson CA. The swallowing of a full-sized toothbrush: report of a case from the Los Angeles General Hospital. Cal West Med. 1927 Feb;26(2):210.


Télécharger
Brosses à dents avalées | Références bibliographiques
Tableau récapitulatif.pdf
Document Adobe Acrobat 1.3 MB